Dictée du Pacifique 2018

 

 La Dictée du Pacifique, 17 mars 2018 à la Mairie de Nouméa

Pour la 3ème année consécutive, depuis le passage de relai de la Croix Rouge en 2016, l’Alliance Champlain organisait la Dictée du Pacifique, édition 2018, qui a été retransmise par NC 1ère dans tout l’archipel.

Le texte proposé était tiré du roman de Dora Wadrawane, L’Hom waso, prix Michel Lagneau en 2009

 

 

 

 

Un public nombreux, accueilli par Michèle, Christiane et Laly, après s’être acquitté d’une participation de 500 F pour couvrir les frais d’organisation, a pris place autour des tables mises installées le matin par l’Alliance Champlain avec l’aide d’un employé de la ville très serviable. 

 

 

 

Les candidats, parmi lesquels on reconnaissait des fidèles dont plusieurs gagnants des années précédentes, se sont répartis autour de la dizaine de grands tréteaux mis à la disposition par la Ville de Nouméa, qui depuis plusieurs années accueille le concours dans sa très belle Salle d’honneur. Laquelle fut pavoisée aux couleurs de la Francophonie outre la banderole déployée par l’Alliance Champlain

Outre une grande majorité de seniors, un petit groupe d’adolescentes était venu se mesurer à l’exercice, très probablement sur les conseils de leurs professeurs. Bravo mesdemoiselles !

 

Le texte proposé par l’Alliance Champlain a été extrait du très beau roman écrit par Dora Wadrawane, jeune écrivaine originaire de Maré, dite Nengone par les natifs de l’île. Titré L’hom Waso, il raconte l’histoire de Manouké, jeune fille vivant dans sa tribu à Maré, qui rêve et s’éprend d’un personnage fabuleux, mi-homme, mi-oiseau. 

Après le petit discours de bienvenue de Daniel Miroux, président de l’Alliance Champlain, un rappel des règles du concours a été exposé par Michel Lange qui organisait autrefois la compétition pour le compte de la Croix Rouge. Puis, mesdames Yannick Petre-Hickson et Cécile Briand – enseignantes retraitée et en exercice respectivement –  membres de l’Alliance Champlain, ont procédé à une première lecture complète du texte puis à sa dictée, phrase par phrase.

 

 

                      

 

 

 

 

 

 

 

                    

 

        

 

Après relecture, les candidats ont échangé leurs copies avec celles des tables voisines. Vraies copies d’examen, elles avaient été imprimées par les soins de la Bibliothèque Bernheim. Ainsi, le nom du participant inscrit dans l’angle supérieur droit de la feuille peut être recouvert en pliant et collant le papier, de manière à conserver l’anonymat. À noter que chaque participant avait été doté d’un stylo offert par la Banque de Nouvelle-Calédonie et que l’Alliance Champlain avait remis des petits blocs notes envoyés par la Délégation à la langue française et aux langues de France, basée à Paris.

La correction visualisée sur écran grâce à la projection d’un diaporama réalisé par Ghislaine Rivaton, secrétaire générale de l’Alliance Champlain, eut lieu non sans quelques petites protestations ou discussions sur tel ou tel accord, mais toujours dans  la bonne humeur.

La proclamation des trois premiers prix dans chaque catégorie a été dûment applaudie par toute l’assistance. Des cartonnettes de prix réalisées par Ghislaine Rivaton, ont été complétées séance tenante, par les noms des lauréats et signées par Daniel Miroux. Elles furent remises aux gagnants avec les bons « carburant » offerts par Total et répartis ainsi qu’il suit pour une valeur totale de 22 000 F CFP

JUNIORS

1er prix : Nina WAICANE, 5 fautes  – 1 bon Total d’une valeur de 3 000 F CFP

2e prix : TRAN Célia, 9 fautes – 2 bons  Total d’une valeur de 1 000 F soit 2 000 F CFP

3e prix : LE BORGNE Anna, un peu plus de dix fautes : 2 bons Total d’une valeur de 1 000 F soit  2 000 F CFP

SÉNIORS

1er prix : Mme COZIEN Monique, zéro faute : 2 bons  Total d’une valeur de 5 000 F soit 10 000 F CFP

2e prix : Mme AUSSER Marie-Hélène : 1  bon  Total d’une valeur de 3 000 F CFP

3e prix : Mme TILLIER Huguette :  2 bons  Total d’une valeur de 1 000 F soit 2 000 F CFP

La Dictée du Pacifique est un évènement phare pour l’Alliance Champlain car par un heureux hasard du calendrier elle se tient en mars, après la rentrée scolaire, et tout juste avant la Semaine de la Langue française et de la Francophonie dont elle annonce les prémices.

L’Alliance Champlain remercie Mme le Maire qui, outre la salle et le mobilier,  avait également mis  à notre disposition, un employé de la ville très serviable qui nous a nous aider à l’installation.

Merci à NC 1ère, fidèle à ce rendez-vous culturel qui profite à toute la Calédonie.

Merci à la Cie Total qui a doté le concours en bons-carburant, à La Banque de Nouvelle-Calédonie qui fournissait les stylos, à la Bibliothèque Bernheim pour l’impressions des copies vierges. Et enfin à la Délégation à la Langue française et aux langues de France qui a doté l’Alliance Champlain de nombreux petits bloc-notes qui ont pu être distribués aux participants.

Merci aussi aux membres de l’Alliance Champlain : Michèle, Laly, Yannick et Mélanie, Cécile, Michel, Christiane, Ghislaine et bien entendu.

À l’année prochaine !

Extraits de L’hom Waso, roman de Dora Wadrawane, p 85 et 86

Prix Michel Lagneau 2009

325 mots –  (pour rappel 2017 : 519 mots)

La nuit avait à présent recouvert toute la mer et les îles près du rivage. L’homme-oiseau s’arrêta de ramer à hauteur d’une fissure de la falaise et laissa la barque à l’entrée. Il tendit la main à Manouké et tous deux s’enfoncèrent dans la cavité rocheuse.

L’intérieur était vaste et s’étendait très haut au-dessus de leur tête. Un feu timide crépitait dans un coin de la grotte, le grondement des vagues se faisait entendre derrière eux. Manouké était prête. Rien ne l’arrêterait plus. Le jour tant attendu était arrivé. Ils allaient former une seule personne. Elle et lui ne feraient qu’un pour l’éternité.

Ils dévalèrent une pente abrupte à travers les cavités rocheuses. Le chemin était éclairé par des faisceaux de lumière arrivant d’en bas. Quelque chose scintillait sous le dédale de roches.

La pente était humide et raide, Manouké faillit tomber à plusieurs reprises. Mais accrochée à l’homme-oiseau, elle n’avait peur de rien. Elle survolait la pente difficile, suspendue à son aile. Il la mènerait vers l’endroit le plus convoité par tous les hommes de la terre : la source du pouvoir et de l’éternité. C’était elle qui scintillait de mille feux à travers les dédales de roches.

Les adolescents pouvaient s’arrêter là (199 mots)

Elle se tenait là, paisible, éloignée des tumultes du dehors. Les guerriers l’avaient recherchée et aucun ne l’avait découverte. Manouké, elle, y accèderait par amour. Un amour condamné certes, mais un amour malgré tout.

La source n’était plus une légende. Elle se tenait là, face à elle, majestueuse et secrète. Émue par sa beauté, la jeune fille n’osa s’en approcher.

L’homme-oiseau entra pas à pas dans l’eau en déployant son aile gauche pour attirer Manouké vers lui. Celle-ci hésitait encore, sentant qu’elle défiait toutes les règles de son clan.

Elle s’abandonna, malgré tout, aux flots, avec la certitude que l’histoire s’achevait, une fois de plus, par la victoire des dieux. L’animal attira la jeune fille sous son aile et tous deux ne formèrent qu’un seul être.

 Le texte ayant départagé les ex-aequo : il avait été proposé lors d’une des Dictées de Bernard Pivot
https://www.ladepeche.fr/article/2005/01/24/362318-derniere-edition-de-la-dictee-de-bernard-pivot.html

Excellentes pour la peau, les sudations sur le tatami ou sur le trampoline ! Nous éviterons ainsi les acnés inattendues, les urticaires inopinées, les érythèmes spontanés. Finies les mines pâlottes, les bouillottes, les marmottes ! Rangés, les écharpes effrangées de tussah, les manteaux en chantoung (ou shantung). Peu nous chaut la soie thermogène ! Tonifié, musclé par les exercices, le corps exulte.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés