Semaine de la Langue française et de la Francophonie 2014

2014 – 17e Semaine de la langue française et de la Francophonie
en Nouvelle-Calédonie

www.dismoidixmots.culture.fr

Danse avec les 10 Mots de la Francophonie 2014

C’est fou ce que le thème des 10 mots de la Francophonie 2014, choisis par la France, la Belgique, la Suisse, le Québec et l’Organisation internationale de la Francophonie, a inspiré les collégiens calédoniens, auxquels se sont joints leurs camarades de CM2 sur le point d’affronter le secondaire. Ils s’en sont donné à cœur joie que ce soit sur les planches du Théâtre de Poche  de Nouméa ou devant la caméra, ou bien en maniant la plume, le pinceau, la colle, les ciseaux et… la rime.

Tous les mots furent utilisés à tire-larigot dans un joyeux charivari : du plus timbré à l’hurluberlu. Le tohu-bohu  fut à son comble au Collège de Tuband où les fariboles tenaient le milieu de la scène. À Bourail, on marchait en zig-zag entre les niaoulis, à la recherche  Du poulpe et du rat.  Les collégiens de Kaméré ont fait un joyeux Méli-mélo de mots poétiques. Ceux de Pedro Attiti ont dressé un Arbre de la Francophonie. Au Mont-Dore,  c’était Plum à la folie !

 En tout, dix sept établissements, des quatre coins du Caillou, ont participé à cette folie francophone : Nouméa bien sûr, mais aussi Bourail, La Foa, Plum, Poindimié, Poya. Et pour la première fois cette année, le collège d’Ouvéa est entré dans la danse des mots de la Francophonie ! Le jury a eu bien du mal à départager les travaux des élèves.

Le Collège de Tuband prônait « Le respect à la folie » tandis que « Des signes de ouf & des lettres à la folie » se sont mis à foisonner au collège de Poya.  À Poindimié, les CM2 et les 6e, « À dada sur les mots » ont joué « Aux loufoques », le mot d’ordre lancé par les enseignants étant d’ambiancer ! Autant dire que les juniors ont atteint allègrement l’objectif.

 L’Alliance Champlain a participé, aux côtés du Vice-Rectorat et du Centre de Documentation Pédagogique (CDP) à la remise des prix. Une somme de 100 000 F CFP offerte par l’association a été partagée entre les divers établissements scolaires participants qui pourront choisir des livres dans la magnifique librairie du CDP.  

Les prix ont été remis le 19 novembre à la Maison du Livre, à Nouméa, par  Mme Lehoullier, en charge des Pratiques artistiques et culturelles au  Vice-Rectorat et l’Alliance Champlain, représentée par Daniel Miroux, son président et Monette Goudet, membre du bureau.

La fête est finie. Ouf !  Les mots se sont assagis en attendant la fournée 2015 qui promet son lot de surprises. Une professeure de l’Enseignement catholique dit aux représentant de l’Alliance Champlain,  la joie de ses élèves d’avoir joué avec les mots.

À l’année prochaine !

 

La semaine de la langue française et de la Francophonie à l’heure québécoise avec le slameur Ivy

Le lancement à  la Bibliothèque Bernheim de la 19e semaine de la langue française et de la Francophonie en Nouvelle-Calédonie a eu lieu le mardi 19 mars en présence d’un public nombreux et plusieurs personnalités culturelles.

Succédant à Vanuella qui, en 2013, avait enchanté l’auditoire par un tour de chant consacré à la grande chanson française, c’est le slameur vedette québécois Ivy, invité conjointement par les associations Alliance Champlain et Oubangui-Congo, respectivement présidées par Daniel Miroux et Amélence Darbois, qui a littéralement subjugué l’assistance.

Le président de l’Alliance Champlain, accompagné de Chantal et Patricia, deux des membres de l’association étaient allés accueillir le voyageur à sa descente d’avion à l’aéroport international de la Tontouta.

Après la découverte de l’exposition des planches des 10 mots 2014, offerte par la Délégation à la Langue française et aux Langues de France et les discours d’introduction d’usage, l’artiste invité a commencé son spectacle qui, immédiatement, a capté l’attention du public. Ivan Bielinski, nom de scène IVY, petite quarantaine,  s’est donc frotté à la diversité des cultures calédoniennes auxquelles il a proposé un véritable florilège « slamistique ».

    
Car Ivy n’est pas seulement un slameur, c’est d’abord un poète qui se joue des mots, les apprivoise, leur tord un peu le cou parfois, mâtinant ses textes de termes anglophones. Car au Québec, c’est ainsi, l’anglais cerne la Belle Province qui résiste, résiste depuis quatre cents ans au rouleau compresseur, mais ne peut empêcher de laisser filtrer quelques anglicismes.

Ivy est aussi musicien, chanteur, véritable acteur de ses compositions truffées d’onomatopées et de borborygmes très évocateurs. Comme, par exemple, son splendide Apocalypso dont le rythme et les accents gutturaux rappellent la danse du feu des Algonquins.

 Son répertoire très riche s’intéresse à tout : l’actualité, l’environnement, la politique… Ou encore aux fables de La Fontaine qu’il n’hésite pas à revisiter en inversant les rôles de la Cigale et de la Fourmi ! Après un spectacle très enlevé, l’artiste se prêta très volontiers à la séance d’autographes telle une rock-star !

 

Ivy au Mont-Dore

Le lendemain matin, quasiment à potron minet, Ivy se produisait à la petite mais charmante bibliothèque du Mont-Dore.

L’enthousiasme des CM1 et CM2 du Mont Dore faisait plaisir à voir. Ivy les a littéralement subjugués une heure durant, même s’il lui arrivé, une fois ou deux, de devoir rappeler aux plus bavards, les règles consistant à ne pas gêner le reste du public. S’est ensuivi une séance de questions à l’artiste qui a suscité une véritable envolée de doigts levés.

Une magnifique photo de groupe a pu être prise pour clôturer cette très belle matinée tropicale.

 

Ivy à Dumbéa et Ouvéa

Étape suivante à Dumbéa devant un public plus clairsemé  (il n’y a pas école le mercredi après-midi) mais avec un auditeur de choix en la personne de M. Georges Naturel, le Maire de Dumbéa qui a bien apprécié ce moment de détente.    

 

À Ouvéa, dont le slameur a découvert toute la beauté , l’accueil a été très chaleureux, le public étant venu nombreux à la rencontre de ce poète venu du grand froid qui a pu, entre ses doigts, laisser filer…

Un peu du sable d’Ouvéa
Qui traine et s’égrène
Quand on le ressasse
À même le rivage
du langage.

Malheureusement, aucune photo n’a été prise de ces chaleureux moments. Néanmoins, la toile mondiale nous offre celle-ci.

Tel fut le programme de cette 17e Semaine de la Francophonie en Nouvelle-Calédonie….

 

 

Les commentaires sont fermés